Quand Barbara interview Sonnino

Qui suis-je ?

Quand Barbara interview Sonnino :

Barbara : « Pourquoi aimes-tu tant écrire ? »

Sonnino : « C’est viscéral, un exutoire par où s’épanche ma déraison, dirait Gustave Flaubert ! Par l’écriture, je peux évacuer mes émotions sans pour autant les jeter aux oubliettes. Elles sont posées sur le papier et attendent de se transformer ou acceptent tout simplement de ne pas être. »

Barbara : « Et en quoi peuvent-elles se transformer ? »

Sonnino : « Elles peuvent devenir des poèmes, des chansons, être l’amorce d’un spectacle voire même d’un livre … mais aussi finir de manière très ingrate, froissées en boules dans une poubelle, n’ayant trouvé d’autre chemin ! »

Barbara : « Lorsque tu écris justement des choses assez personnelles, n’as-tu pas peur de dévoiler un peu trop de ton intimité ? »

Sonnino : « Non ! Car je pense qu’être artiste, c’est avant tout être sincère et pas seulement avec les gens qui lisent, écoutent ou regardent. Etre sincère avec soi-même, c’est le travail le plus dur à réaliser d’après moi mais pas insurmontable. »

Barbara : « Peux-tu développer là-dessus ? »

Sonnino : « Eh bien c’est simple, parfois, à force de vouloir être conforme à tous les codes qu’on nous impose, on finit par devenir un copier/coller de ce qui existe déjà, on se perd et on prend de la distance avec qui l’on est vraiment. Des gens me disent par exemple : « Pour que tu fasses un tube, il faut faire comme ci/ comme ça ». Déjà, j’ai envie de répondre : « Qui t’a parlé de vouloir faire un tube ? » et « Pourquoi devrai-je faire comme les autres ? ». Je n’ai pas l’ambition d’être connue en m’éloignant de ce que je suis, de mes valeurs, mes besoins et goûts artistiques. Je n’irai pas dire à telle ou telle personne que j’aime ce qu’elle fait si je ne le pense pas ! Dans ce cas mieux vaut ne rien dire ! J’accepte le fait que mes textes ne plaisent pas au plus grand nombre. Tant qu’ils collent à ma sincérité, alors je suis heureuse et en accord avec qui je suis. »

Barbara : « Si je résume bien en te donnant à mon tour un exemple, tu vas préférer entendre des fausses notes chez un artiste et voir une interprétation juste plutôt que des vocalises parfaites mais qui par manque de justesse, ne procurent aucun frisson, aucune histoire ? »

Sonnino : « C’est ça ! Mais si on peut réunir les bonnes vocalises et la justesse de ce qui est raconté alors là on a tout gagné. J’aime être touchée et j’essaie de provoquer cela chez les autres. On est des milliards sur Terre et les expériences de nos vies sont bien loin d’être extraordinaires… ce qu’il y a d’extraordinaire en revanche, c’est que l’on est des milliards à vivre la même Histoire ! »

Barbara : « Je trouve tes chansons bien mélancoliques et souvent portées sur des histoires d’amour… pourquoi ce thème est-il si récurent ?  tu n’as pas peur que les gens se lassent ? »

Sonnino : « Ma réponse va être simple… pour moi l’Amour (dans sa grande globalité et pas seulement la relation de couple) est à la base de TOUT ! Et il sera toujours ma plus grande inspiration. Jacques Brel a écrit ceci : « Alors sans avoir rien, que la force d’aimer, nous aurons dans nos mains, AMIS, le monde entier ! ». Brel savait si bien parler de tout, il avait les mots justes, fins, vifs, piquants, bref, un vrai parolier. C’était selon moi, un surdoué de l’interprétation, un « livreur d’émotions.»

Barbara : « Le mot : EMOTION revient souvent dans tes réponses, pourquoi ? »

Sonnino : « C’est vrai ! C’est peut-être bête de l’exprimer de cette manière mais j’aime toutes les émotions, qu’elles soient positives ou négatives, elles ont inéluctablement un rôle à jouer dans notre vie, elles nous guident et nous mènent à un chemin ; qu’il soit bon ou mauvais, nos émotions nous poussent à prendre des décisions, à agir ! Face à Brel, je suis une petite joueuse mais je travaille en essayant de « suivre l’étoile… ».

 Je peux parfois avoir la crainte que les gens se lassent de mes histoires d’amour mais qu’ils soient rassurés, je ne fais pas que traiter de ce sujet et bien heureusement pour mon mental. Paradoxalement, j’aime plus que tout rire, l’humour, l’absurde, la satire, tout cela fait aussi partie de moi et d’ailleurs dans le prochain spectacle que je suis en train d’écrire, je fais en sorte que les gens ressortent de la salle avec quelques crampes au ventre ! Je le répète mais chaque émotion est importante, elles ont toutes un rôle à jouer et pour que la recette fonctionne, je pense qu’il faut trouver le bon équilibre entre elles. J’ai aussi de nouvelles chansons en cours qui traitent de sujets sociétaux, graves ou pas et qui se veulent beaucoup plus légers, rythmés et un poil ironiques. J’aime glisser dans mes textes quelques sous-entendus, des métaphores. Les mots n’ont pas la même résonnance sur les êtres, c’est la complexité de l’humain et de cette manière, chacun peut faire sa propre interprétation des paroles qu’ils entendent.»

Barbara : « Et qu’est ce que tu attends pour partager avec nous ces nouvelles chansons ? »

Sonnino : « Ce n’est pas si simple, j’aimerai que les choses avancent plus vite avec ma nature impatiente mais il faut trouver les bons musiciens, ceux avec qui tu sens une vraie écoute et complicité pour créer, comme celle que j’ai avec Paul Cervera. Il faut aussi un certain budget pour aboutir un projet (enregistrements, arrangements, promo …) mais à cœur vaillant, tout est possible ! Et je me donne généralement les moyens pour aller au bout de mes idées … »

Barbara : « Et pour conclure cette interview, peux-tu nous offrir une citation qui te fait sourire ? »

Sonnino : « Cours après tes rêves, si tu ne les atteins pas, au moins, tu maigriras ! Je suis incapable de savoir qui est à l’origine de cette citation mais je lui tire mon chapeau ! »

Sonni'News

Web Série en projet

Parmi ses projets, Barbara est actuellement en collaboration (Co écriture et jeu) avec Annaël Soulam pour la création d’une web série humoristique et décalée. Il y aura plus de détails …